mercredi 26 juin 2013

La nuit des églises



Samedi 2 Juillet 2016 le département d'art sacré de la Conférence des évêques de France nous propose la "nuit des églises"
Il s'agit d'ouvrir les églises le soir, chaque lieu prévoyant une animation spécifique selon ses possibilités. L'objectif est de nous faire regarder un peu plus notre patrimoine proche et de permettre à d'autres, ceux qui ne fréquentent pas nécessairement ces lieux, de les découvrir et de s'y sentir accueillis.
Au cœur de nos cités, de nos villages, le bâtiment église est un signe, une ouverture à la transcendance, un lieu de silence vers lequel lever la tête et s'interroger sur le sens. Nos églises sont le lieu où nous vivons, nous et nos familles avant nous, les grandes étapes de notre existence : baptême, mariage, obsèques... Même si elles sont moins fréquentées, même si la pratique religieuse baisse dans notre pays et s'il y a moins de prêtres, même s'il n'y a pas l'eucharistie chaque dimanche, les églises sont entretenues, rénovées ; les municipalités propriétaires (et l'Etat pour les cathédrales) ont souvent à cœur de bien veiller sur leur église. En ces temps où nous sommes soucieux de rentabilité, d'éfficacité, nous pouvons nous interroger, sans parler des cathédrales, sur l'investissement réalisé par ceux qui ont construit ces édifices. Mais il ne s'agit pas seulement de se tourner vers le passé ; à toutes les époques et aujourd'hui encore, des artistes ont créé et continuent de créer pour que le beau ne soit pas absent de nos vies et de l'expression de notre foi. Le bâtiment église, si nous prenons le temps d'en percevoir le génie propre, laisse fortement deviner la foi chrétienne et se fait annonce muette, mais parlante, ô combien ! de l'Evangile.
                                       (Père Pierre Remise, prêtre du diocèse de Mende (Lozère)

Les feux de la Saint-Jean

Alors que Noël correspond au solstice d'hiver (on situe la naissance de Jésus, Lumière du monde, au cœur de la nuit la plus longue de l'année), la Nativité de saint Jean Baptiste coïncide avec le solstice d'été dans l'hémisphère nord : nuit la plus courte qui, dans les traditions antiques préchrétiennes, donnait lieu à de grandes fêtes nocturnes. Plusieurs thématiques s'y rejoignent : fête des moissons, musique, grand bûcher éclairant la nuit, danses, veillées et procession à l'église pour la dimension religieuse de la fête. Cette tradition des feux de la Saint-Jean est toujours vivante et tend à se particulariser selon les régions.
Aux chrétiens, la lueur de ce feu annonce la vraie Lumière : 
le Christ Seigneur.
               (Michèle Clavier, théologienne)